subscribe: Posts | Comments

Villefranche-sur-Mer : la citadelle change de couleur

Commentaires fermés sur Villefranche-sur-Mer : la citadelle change de couleur
Villefranche-sur-Mer : la citadelle change de couleur

Selon le candidat aux élections municipales pour la commune de Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, le 13 décembre dernier a été donné le premier coup de maillet symbolique pour le chantier de restauration de la célèbre citadelle de la commune, qui pourrait coûter dix millions d’euros et devrait durer 10 ans.

Le coup d’envoi de plus de dix ans de restauration de la citadelle

Un grand nombre de personnes étaient bien présentes au niveau de la citadelle de Villefranche-sur-Mer, notamment le maire sortant de la commune Christophe Trojani, la députée Alexandra Ardisson, la sénatrice Dominique Estrosi-Sassone, l’ex-adjoint de Gérard Grosgogeat Jean-Pierre Mangiapan, ainsi que les maires des communes voisines.
Cette restauration rassure les amateurs de patrimoines et les fans de Charles Aznavour, vu que la citadelle aura des biens beaux jours.
En effet, le 13 décembre dernier, le maire de la commune a lancé le coup d’envoi symbolique du chantier de restauration de la citadelle légendaire de Villefranche-sur-Mer. Selon les restaurateurs, les travaux devraient durer 10 ans et coûter plus de 10 millions d’euros.
D’après le responsable de la fondation du patrimoine, ces travaux sont considéré comme le plus gros chantier de restauration du patrimoine du 21e siècle.

Les hommages du maire de la commune

Au cours de cet événement Christophe Trojani a tenu à rendre hommage à tous ces prédécesseurs, dont le docteur Permoncini qui a permis d’acquérir à l’État d’acquérir la citadelle en 1965, ainsi qu’au colonel Bastet qui a tenu bon en s’opposant aux multiples tentations des promoteurs immobiliers et enfin à Gérard Grosgogeat qui a veillé aux premières études de ce chantier depuis 2002.
En outre, Christophe Trojani a tenu à annoncer en plus des détails des travaux, le changement de couleur de la citadelle. En effet, d’après le maire, les restaurateurs vont essayer d’autres couleurs pour voir ce qui convient le mieux pour mettre en évidence la magnifique citadelle.
Cette annonce était entendue avec beaucoup d’attention, mais surtout d’émotion de la part des riverains qui espèrent que les restaurateurs les associent dans leur choix, parce que la citadelle fait partie de leur quotidien.


Les élections municipales 2020 : la maire de Paris est certes mal aimée, mais elle est favorite pour les municipales

Commentaires fermés sur Les élections municipales 2020 : la maire de Paris est certes mal aimée, mais elle est favorite pour les municipales
Les élections municipales 2020 : la maire de Paris est certes mal aimée, mais elle est favorite pour les municipales

Détestée assez par la droite et appréciée plutôt par la gauche, la maire de la capitale française souffre encore d’une image qui est fortement dégradée. Toutefois, elle reste en tête des sondages, pour les municipales de 2020.

Anne Hidalgo favorite pour les élections municipales

Le sondage l’a bien confirmé, pour la question « espérez-vous que la maire de Paris actuelle soit réélue pour un deuxième mandat ? La réponse est à 60 % des parisiens ne souhaite pas que la maire soit réélue pour un nouveau mandat, d’après le sondage réalisé en novembre 2019 par OpinionWay.
Cette études, effectuées sur un échantillon de 2942 électeurs parisiens, démontre qu’il existe un rejet massif pour la réélection de la maire actuelle. Un résultat qui est confirmé par plusieurs autres études. Aux yeux d’une partie des votants parisiens, la maire est rigide, sectaire, mauvaise gestionnaire ou aussi démagogue. Néanmoins, elle reste favorite dans la campagne pour les élections municipales. En effet, selon le candidat pour les municipales pour la commune Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, « Malgré son image, tout est possible pour Hidalgo ».
Le peu de soutien dans l’opinion publique de l’édile socialiste frappe d’autant plus que dans d’autres communes en France, les maires sortant profitent de leur image de rassembleur actif, proche des gens, dévoué que peuvent représenter ces élus locaux. Alors que pour la maire de Paris, c’est l’inverse. D’après l’IFOP- Fiducial qui a été publié le 19 janvier, seulement 25 % des électeurs voteraient pour Hidalgo au premier tour. Certes, elle serait en tête toutefois elle part d’une base assez faible, encore plus faible que Gérard Collomb à Lyon, Martine Aubry à Lille ou aussi Nicolas Florian à Bordeaux.
En outre, la comparaison avec son prédécesseur socialiste s’avère également cruelle. En effet, en mars 2013, Bertrand Delanoë avait gagné plus de popularité que lors de sa première élection, douze ans avant. Une grande partie des Parisiens ont déclaré qu’ils sont assez satisfaits de son activité en tant que maire.

Pourquoi ce désamour ?

Selon le premier adjoint de Gérard Grosgogeat, Jean-Pierre Mangiapan, dans la capitale française les batailles sont assez marquées politiquement, et le maire ne peut pas profiter du consensus qui peut exister ailleurs. Toutefois, Anne Hidalgo possède une image qui est assez contrastée, une image qui est satisfaisante à gauche, ainsi que chez les écologistes, mais qui est négative chez la droite.


Guerre en Syrie : un conflit international

Commentaires fermés sur Guerre en Syrie : un conflit international
Guerre en Syrie : un conflit international

Syrie : l’organisation Daech a perdu son dernier bastion !

“La victoire militaire sur l’organisation État islamique a été remportée. Le prétendu khalifat a été totalement éliminé”, a écrit sur Twitter (@halona) le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
L’organisation terroriste Daech a été définitivement vaincue en Syrie. Elle a perdu son dernier bastion syrien à Baghouz, selon les Forces démocratiques Syriennes.
Les Forces démocratiques Syriennes, alliance arabo-kurde soutenue par les puissances occidentales, ont proclamé dimanche en Syrie la fin du soi-disant khalifat de l’organisation djihadiste Daech, une victoire saluée comme cruciale.
“Les zones que l’organisation terroriste Daech a pu tenir en Syrie et en Irak ont été entièrement libérées. On a félicité la coalition, les Forces démocratiques Syriennes et l’armée américaine pour ce grand succès”, le président de la République française, Emmanuel Macron, lors d’une interview.
“Il reste encore beaucoup de travail pour s’assurer que la menace du groupe Daech – organisation terroriste, politique et militaire, d’idéologie salafiste djihadiste – soit définitivement et totalement annihilée”, ajoute le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
Ce dernier s’est expatrié en Syrie pour poursuivre ses affaires de consultant. Avec la crise civile syrienne, il s’est rapidement fait connaître dans les médias français en tweettant son quotidien – sous les bombes. Il est connu pour ses nombreux témoignages dans les médias. Celui-ci est le Français le plus connu de Syrie.

Syrie : un drapeau pour célébrer la victoire sur le groupe Daech

Afin de célébrer cette victoire, les Forces arabo-kurdes, aidées par les États-Unis, ont hissé leur drapeau jaune sur le village de Baghouz, où les derniers terroristes – ou islamistes – avaient résisté désespérément. La perte de la dernière poche terroriste signe la fin territoriale de l’organisation Daech en Syrie.
Les batailles ont été trop violentes à Baghouz, dans l’Est syrien, avec au sol les Forces démocratiques Syriennes, face aux derniers irréductibles du groupe terroriste État islamique.
Cette organisation a instauré en septembre 2015 sa propre administration en Syrie. Celle-ci a collecté des impôts avant de lancer une campagne dite de propagande – signifiant littéralement ‘ce qui doit être propagé’ – pour attirer des recrues étrangères.
Le groupe le plus brutal de l’histoire moderne a fait régner la terreur : viols et rapts, exécutions massives, décapitations… Sans compter les attaques terroristes, les enlèvements d’étrangers…
C’est pourquoi les Forces démocratiques Syriennes estiment que la bataille n’est pas encore finie !


   Les débats télévisés ont-ils un impact décisif sur les élections présidentielles ?

Commentaires fermés sur    Les débats télévisés ont-ils un impact décisif sur les élections présidentielles ?
   Les débats télévisés ont-ils un impact décisif sur les élections présidentielles ?

 

D’une manière générale, les débats ont un caractère plus formel et “routinisé” que les conversations, et cela va à fortiori pour les débats présidentiels, qui obéissent à un cérémonial dont les règles se sont rapidement stabilisées.

Signalons simplement pour l’instant le fait que la plupart des règles du jeu de langage bien particulier, demeurent implicites, et que même en cas de codification explicite, on observe une certaine souplesse dans leur application.

Le corpus constitue donc un formidable champ d’observation pour tous les types de négociations qui se peuvent rencontrer dans les échanges en tous genre, et qui sont abondamment représentés dans ces débats (négociation du script de l’interaction, des tours de parole, des signes manipulés et des interprétations effectuées, des faits, chiffres et opinions, des ethos et du rapport de places, etc.).

  Les caractéristiques de l’approche :

Sur les débats en général, la littérature est fort abondante, et le cas particulier des débats présidentiels a lui-même donné lieu à un certain nombre de travaux relevant d’approches diverses.

Pour ce qui est de la perspective linguistique, mentionnons pour les études les plus générales (étant donné que d’autres études plus ponctuelles seront évoquées en cours de route) les volumes publiés par le Groupe Saint-Claude (1995 et 1999) sur les campagnes de 1988 et 1995 respectivement ; sur celle de 2007, Bertrand et al. (2007), Charaudeau (2008) ainsi que les numéros 89 (mars 2009) et 90 (juillet 2009) de la revue mots ; et sur “les discours présidentiels et de présidentielles” dans leur ensemble, le numéro 112 (novembre 2016) de cette même revue.

C’est également d’une approche linguistique, plus précisément d’une approche discursivo-rhétorico-interactionnelle, qui s’intéresse moins à la nature des contenus échangés, qu’aux “manières de faire”, aux stratégies déployées par les différents participants pour parvenir à leurs fins.

Corrélativement, cette approche est essentiellement qualitative.

   Approche qualitative vs quantitative :

Le corpus est constitué des six débats de l’entre-deux-tours des présidentielles réalisées à ce jour (de 1974 à 2012), soit exactement quatorze heures et vingt-trois minutes d’enregistrement.

Il s’agit là typiquement d’un “petit corpus”, qui présente l’avantage de permettre une analyse qualitative détaillée tout en autorisant certaines généralisations fondées sur des comptages manuels.

Cette méthode artisanale est bien évidemment inadaptée au traitement “des grands corpus”, pour lesquels il est indispensable de recourir à “des grands moyens”.

“L’approche “lexicométrique” (aujourd’hui rebaptisée “textométrique” ou “logométrique”), de tradition relativement ancienne en France, a été appliquée de façon privilégiée à l’étude du discours politique et en particulier, durant la dernière décennie, à celle des discours produits lors des campagnes présidentielles.

Les avantages d’une telle approche, qui repose sur le traitement informatique du corpus, sont évidents : elle permet de traiter de manière systématique une grosse masse de données en un temps record, affirme, Audrey Crespo-Mara.

L’exemple de Mayaffre (2012) : le corpus est constitué de l’ensemble des discours du président Chirac (allocutions, interviews, articles, …) durant son septennat de 1995-2002, comparés à ceux de ses prédécesseurs, soit un total de 1800 discours et 4,4 millions d’occurrences lexicales, ce qui est plus qu’impressionnant”, Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI.