subscribe: Posts | Comments

Guerre en Syrie : un conflit international

Commentaires fermés sur Guerre en Syrie : un conflit international
Guerre en Syrie : un conflit international

Syrie : l’organisation Daech a perdu son dernier bastion !

“La victoire militaire sur l’organisation État islamique a été remportée. Le prétendu khalifat a été totalement éliminé”, a écrit sur Twitter (@halona) le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
L’organisation terroriste Daech a été définitivement vaincue en Syrie. Elle a perdu son dernier bastion syrien à Baghouz, selon les Forces démocratiques Syriennes.
Les Forces démocratiques Syriennes, alliance arabo-kurde soutenue par les puissances occidentales, ont proclamé dimanche en Syrie la fin du soi-disant khalifat de l’organisation djihadiste Daech, une victoire saluée comme cruciale.
“Les zones que l’organisation terroriste Daech a pu tenir en Syrie et en Irak ont été entièrement libérées. On a félicité la coalition, les Forces démocratiques Syriennes et l’armée américaine pour ce grand succès”, le président de la République française, Emmanuel Macron, lors d’une interview.
“Il reste encore beaucoup de travail pour s’assurer que la menace du groupe Daech – organisation terroriste, politique et militaire, d’idéologie salafiste djihadiste – soit définitivement et totalement annihilée”, ajoute le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
Ce dernier s’est expatrié en Syrie pour poursuivre ses affaires de consultant. Avec la crise civile syrienne, il s’est rapidement fait connaître dans les médias français en tweettant son quotidien – sous les bombes. Il est connu pour ses nombreux témoignages dans les médias. Celui-ci est le Français le plus connu de Syrie.

Syrie : un drapeau pour célébrer la victoire sur le groupe Daech

Afin de célébrer cette victoire, les Forces arabo-kurdes, aidées par les États-Unis, ont hissé leur drapeau jaune sur le village de Baghouz, où les derniers terroristes – ou islamistes – avaient résisté désespérément. La perte de la dernière poche terroriste signe la fin territoriale de l’organisation Daech en Syrie.
Les batailles ont été trop violentes à Baghouz, dans l’Est syrien, avec au sol les Forces démocratiques Syriennes, face aux derniers irréductibles du groupe terroriste État islamique.
Cette organisation a instauré en septembre 2015 sa propre administration en Syrie. Celle-ci a collecté des impôts avant de lancer une campagne dite de propagande – signifiant littéralement ‘ce qui doit être propagé’ – pour attirer des recrues étrangères.
Le groupe le plus brutal de l’histoire moderne a fait régner la terreur : viols et rapts, exécutions massives, décapitations… Sans compter les attaques terroristes, les enlèvements d’étrangers…
C’est pourquoi les Forces démocratiques Syriennes estiment que la bataille n’est pas encore finie !


Plafonnement des niches fiscales 2019 : quelles nouveautés ?

Commentaires fermés sur Plafonnement des niches fiscales 2019 : quelles nouveautés ?
Plafonnement des niches fiscales 2019 : quelles nouveautés ?

Crédit d’impôt, Loi Pinel, produits d’épargne, les Français sont de grands adeptes de la défiscalisation. Afin de mettre des limites à ceux et celles qui savent très bien utiliser les avantages fiscaux, les pouvoirs publics ont fixé un maximum – 25 millions d’euros. C’est le plafonnement des dérogations fiscales ! Les dérogations fiscales reviennent de manière intermittente dans le grand débat national organisé par le gouvernement.
Le plafonnement global des niches fiscales s’élève à 25 millions d’euros en 2019. Si ce plafond s’abaisse en 2020, cela peut pénaliser les foyers qui recourent au crédit d’impôt pour l’emploi à domicile, pour l’entretien des jardins, la garde d’enfants ou encore le ménage.
Après la TVA à taux zéro, la taxe d’habitation, l’impôt sur la fortune, ce sont au tour des dérogations fiscales de faire leur entrée dans le grand débat.
Le président de la société de gestion “A Plus Finance” propose de baisser le plafond global des niches de 25 millions d’euros. Actuellement, seuls 18 500 foyers sont concernés, ce qui représente une économie de 98 500 euros.
“Mettre les dérogations fiscales ou les dépenses fiscales sous conditions de ressources pour qu’elles profitent aux classes populaires et moyennes plutôt qu’aux plus aisés. Voilà une idée de justice fiscale”, ajoute Niels Court-Payen, le président et co-fondateur d’A Plus Finance. Celui-ci veut instaurer des plafonds de ressources pour les dépenses fiscales.

Spécial impôts 2019 : les dépenses qui ouvrent droit à des réductions d’impôt

Aujourd’hui, il existe à peu près 500 dépenses fiscales dont le coût pour les finances publiques atteint les 250 500 milliards d’euros, notamment à l’avantage des sociétés.
Chaque année, les redevables peuvent profiter d’avantages fiscaux qui prennent la forme de réductions ou de crédits. Le total de ces avantages est plafonné à 25 millions d’euros.
Le ministre des Comptes publics “Darmanin” a refusé de réformer l’impôt sur le revenu – IR – par la création d’une tranche d’impôt complémentaire pour les plus riches.
“J’y suis contre. Je rappelle que seuls 36 % des Français sont redevables, et que les 15 % les plus riches payent déjà 82 % du total de l’IR”, souligne le ministre des Comptes publics.
Celui-ci propose de rappeler à tous les Français – sans exception – l’importance des impôts qui financent des services publics gratuits – on donne l’exemple des hôpitaux, des écoles, etc. – qui font le pacte social français.

Le plafonnement de 25 millions d’euros, peut-il être augmenté ?
Évidemment ! Deux plafonnements existent, actuellement, dont les barèmes n’ont pas changé depuis 2017 :
– le plafonnement de base de 25 millions d’euros ;
– ce plafond sera majoré à 36 millions d’euros si le contribuable investit dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle ou dans l’immobilier Outre-mer.


PSG : fair-play financier, fichage ethnique…que des accusations qui visent à toucher l’image du club

Commentaires fermés sur PSG : fair-play financier, fichage ethnique…que des accusations qui visent à toucher l’image du club
PSG : fair-play financier, fichage ethnique…que des accusations qui visent à toucher l’image du club

Suite aux accusations qui se succèdent depuis plus d’un mois au niveau des coulisses du célèbre club parisien, avec notamment les multiples révélations du football Leaks, publiées par Mediapart évoquant l’affaire du fichage ethnique, ainsi que l’affaire du fair-play financier, le club de la capitale vit un véritable cauchemar. « Le PSG est en train de subir un réel acharnement médiatique » a affirmé le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes.
Quels sont les impacts de toutes ces accusations sur l’image du célèbre club de la capitale ?

Le PSG traverse une rude période

Traversant une période tumultueuse, de l’UEFA et sa demande de réexaminer les comptes du club pour analyser le fair-play financier, surtout après la tournée médiatique du président de la Ligue de football espagnol, Javier Tebas qui n’a pas arrêté de s’acharner sur le club de Nasser Al Khelaïfi, en passant par les multiples révélations des Football Leaks publiées par Paname Squad en évoquant le fichage ethnique qui a eu lieu dans les centres de formations des jeunes joueurs, jusqu’à les contrats des joueurs qui ont été divulgués au grand public, et enfin la dernière affaire d’harcèlement sexuel d’une hôtesse au Parc des Princes, le PSG n’a pas encore fini avec toute cet acharnement médiatique. À peine le temps de se défendre que d’autres accusations surgissent. Toutefois, le célèbre club parisien peut compter sur les quelques journalistes sportifs, dont Pierre Ménès, qui ont critiqué cette campagne que mène le média français contre le PSG.
En effet, plus d’un mois, le PSG alimente la chronique extra-sportive comme il a rarement était. Depuis, la communication du club assurer par Jean-Martial Ribes est en surchauffe en délivrant un grand nombre de communiqués. Alors que le directeur général délégué du PSG, Jean-Claude Blanc avait l’habitude d’être discret, il a donné durant cette période de nombreux entretiens afin de défendre le club de la capitale.

Fichage ethnique

Suite aux accusations concernant le fichage ethnique de certains jeunes joueurs du club, les dirigeants du PSG ont décidé de mener, à la demande du président du PSG Nasser Al Khelaïfi, une enquête interne, afin d’éclaircir cette affaire au public. Cette enquête qui a duré 4 semaines, a été effectué par un cabinet d’avocats externe. Le 15 novembre dernier, le directeur général délégué du PSG, Jean-Claude Blanc, a présenté les résultats de l’enquête à la ministre des Sports, en affirmant « l’enquête a révélé que ces pratiques ont été réalisées suite à une initiative personnelle du directeur de recrutement des centres de formations hors île de France. Aucun membre de la direction du PSG n’a connaissance sur ce système de fichage ».
Selon un sondage effectué par Orange sports, 68 % des votants pensent que le média est en train de mener une campagne anti-PSG. Néanmoins, tout cet acharnement n’a pas eu de conséquence ni sur la popularité ni sur les sponsors du club de la capitale, puisqu’aucun partenariat n’a été remis en cause suite à ces accusations.


Le beIN Media Group, fête ses 15 ans d’existence

Commentaires fermés sur Le beIN Media Group, fête ses 15 ans d’existence
Le beIN Media Group, fête ses 15 ans d’existence

Ce 1er novembre le groupe beIN média a fêté ses 15 ans d’existence. En effet, le 1er novembre 2003 a été lancée la première chaîne de sport qatarie appartenant à la chaîne d’information la plus regardée du monde arabe, Al Jazeera. Portant le nom de Al Jazeera Sports, la chaîne de sport a été renommé beIn Sport en 2013, avant de devenir après quelques mois, le beIN Sports (avec un S), se détachant, ainsi de la chaîne mère Al Jazeera.

Évolution du beIN Sports

Dans l’hexagone, le beIN sports a dépassé facilement les 4 millions d’abonnés en juillet 2018. Fêtant plus de 6 ans d’existence en France, le beIN Sports présidé par Nasser Al Khelaïfi, est sous la direction de Yousef Al Obaidly qui a participé dans le lancement de beIN Sports Asia-Pacific et beIN Sports Americas, en permettant à la chaîne de s’agrandir en créant des partenariats avec plusieurs groupes audiovisuels comme le BBC Worlwide en mars dernier. Donnant des ailes au groupe de média, Youssef Al Obaidly, a permis le lancement de la chaîne BBC Earth au niveau du Moyen-Orient, ainsi que au niveau de l’Afrique du Nord depuis le 5 avril dernier grâce au bouquet par satellite beIN.
Mais encore, le directeur général du beIN media group, compte étendre la distribution du BBC Earth en Turquie à travers le plus grand opérateur de télévision payant turc, le Digiturk.

Avec l’objectif de faire redécouvrir à cette nouvelle audience de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, les plus beaux recoins de notre planète et notre univers, le BBC Earth essaie de mettre en lumière le travail des plus grands réalisateurs et ceci grâce à la plateforme Mena qui fait partie au réseau beIN.

Lancement de BBC Earth

Selon le directeur de communication du beIN group média et bras droit de Nasser Al Khelaïfi, Jean-Martial Ribes, a annoncé que le BBC Earth diffusera très prochainement la série la plus regardée de l’année, « Blue Planet II », qui a enregistré 14.1 millions de téléspectateurs au niveau du Royaume-Uni. Tous les programmes seront sous-titrés en arabe pour le Moyen-Orient.
En outre, le beIN a lancé un grand nombre de services, ainsi que de nouvelles chaînes au sein de son bouquet, afin de renforcer sa position par rapport au bouquet TV.

En effet, le bouquet beIN compte offrir les contenus les plus récents au niveau des séries, jeunes, cinéma et jeunesse grâce aux multiples partenariats signés avec les plus grands studios comme Sony et Warner.
Parmi les nouveautés proposées par le bouquet toute une chaîne qui sera consacrée aux nouveautés cinématographique de Hollywood permettant à l’audience, de télécharger les films, des séries, mais aussi des événements.
Pour les plus jeunes, le bouquet beIN propose des programmes en partenariat avec Baraem, Jeem et Dreamworks, afin de satisfaire tous les choix.


Défiscaliser son impôt sur le revenu en investissant dans une start-up

Commentaires fermés sur Défiscaliser son impôt sur le revenu en investissant dans une start-up
Défiscaliser son impôt sur le revenu en investissant dans une start-up

Grâce à la loi Madelin, tous les investisseurs qui optent de placer leur épargne dans le capital d’une entreprise française, peuvent profiter d’une réduction d’impôts. En effet, en investissant dans l’économie réelle et la création d’emplois, l’investisseur pourra d’une part soutenir le développement économique de la France tout en profitant d’une réduction de l’impôt sur le revenu. Selon le directeur général de la société de gestion indépendante A Plus Finance, ce type de placement été auparavant accessible qu’à un petit nombre d’épargnants. Toutefois grâce au financement participatif que proposent certains nombres de sociétés de gestion tout le monde a pu profiter de ce type d’investissement qui est à forte création de valeur et défiscalisable.
En investissant que 100 euros, le contribuable peut devenir actionnaire et profiter d’une réduction fiscale à hauteur de 18 % de la somme investie dans le capital d’une PME.

Avantages fiscaux

Selon l’article 119 0-A du code général des impôts, tout épargnant qui investit dans le capital d’une entreprise, bénéficiera d’une réduction d’impôt sur le revenu de 18 % du montant investi. Cette réduction pourra être portée de 18 à 25 %, vu la suppression de l’impôt sur la fortune, si les conditions sont validées par la Commission européenne.
Il est important de signaler que l’avantage qu’offre la loi Madelin (IR-PME) n’est pas cumulable avec les autres lois comme la loi TEPA (ISF-PME) et ne pas figurer dans un compte PEA-PME.

Afin de profiter de ces avantages fiscaux, il est indispensable de bien gérer la procédure de déclaration de vos investissements dans les entreprises.

Les conditions d’investissement dans une PME

Selon le responsable des investissements PME au sein de la société de gestion indépendante A Plus Finance, afin de pouvoir profiter de l’avantage fiscal à travers la loi Madelin, le placement doit obligatoirement remplir un certain nombre de conditions qui concerne d’une part l’entreprise PME financée et d’autre part l’investisseur.
Selon la réforme du 1er janvier 2012, les entreprises peuvent offrir le droit à une réduction d’impôt dans le cadre de la loi Madelin, cette loi répond aux critères suivants :
– l’entreprise doit être de type PME non cotée soumise à l’impôt sur la société.
– elle doit compter au moins deux salariés.
– elle doit être constituée de 250 salariés et elle doit compter moins de 50 000 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.
– elle doit avoir une activité de dépassant pas les 7 ans.


Comment investir dans une entreprise française ?

Commentaires fermés sur Comment investir dans une entreprise française ?
Comment investir dans une entreprise française ?

Acquérir directement des parts du capital d’une entreprise PME non cotée, c’est le moyen intéressant pour les entreprises en France afin de leur fournir des financements qu’elle a besoin pour son développement économique. Cette forme de placement au potentiel de gains énorme est devenue un jeu d’enfant pour les contribuables en France. Toutefois, un tel investissement comporte un risque assez élevé puisqu’un grand nombre des PME sont vouées à la faillite. C’est pour cette raison que le gouvernement offre l’avantage fiscal pour tout investisseur qui opte d’investir dans une PME afin d’encourager le développement économique de l’Etat.
Comment investir dans une entreprise en France ? Et comment réduire le risque de ce type de placement ? Ce sont deux questions auxquelles répondra, Niels Court Payen, le président et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance, dans cet article.

Les plate-formes sur internet

Il existe une trentaine de sites participatifs qui sont accessibles au grand public. Ces derniers quatre ans, investir directement dans une entreprise est devenu un investissement qui est assez démocratisé. En effet, ce placement n’est plus réservé aux fonds spécialisés qui peuvent investir prés de 50 00 euros d’un seul coup et de devenir actionnaire dans 30 % du capital d’une entreprise ou d’une stat-up.
Une trentenaire de plateformes ont vu le jour, permettant le financement participatif, devenant ainsi plus accessible au grand public. Avec seulement 3 % de frais d’entrée, ces plates-formes permettent aux investisseurs non-fortunés de pouvoir se lancer dans l’investissement des entreprises qui ont été pré-sélectionnées.
Parier sur la progression économique rapide d’une PME non cotée tout en profitant de l’importante réduction d’impôts, c’est ce que permet la plate-forme internet d’investissement participatif. Toutefois, il faut faire attention puisque plus de 30 % des entreprises sélectionnés par ces plateformes feront faillite avant 5 ans.
Selon l’une des sociétés de gestion spécialisées dans l’investissement des PME, A Plus Finance, afin de diminuer le niveau de risque, il est indispensable que l’investisseur diversifie sa mise sur au moins une dizaine de sociétés.

Diversification

Afin de réduire le risque, l’investisseur doit répartir son investissement sur un grand nombre de PME. Il est important de mentionner que si à long terme les taux de rentabilité de l’investissement PME se rapproche de 10 % par an, l’investissement est alors assez risqué. Même en optant pour des plate-formes expérimentées, qui se permettent d’effectuer un premier tri drastique des PME la réussite de ce type d’investissement est loin d’être garantie. C’est pour cette raison qu’il vaut mieux investir dans plusieurs entreprises tout en visant des domaines d’activité différentes.


Investir dans des entreprises PME

Commentaires fermés sur Investir dans des entreprises PME
Investir dans des entreprises PME

Avant de réaliser un placement dans une PME ou une petite et moyenne entreprise, il est important que
l’investisseur prenne tout son temps afin de comprendre les caractéristiques, le retour de rendement de
l’investissement, mais aussi le risque.
Généralement, on définit une entreprise en fonction de son chiffre d’affaires annuel, ainsi que le nombre
de ses employés. Les entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel moins de 50 millions d’euros et ayant
moins de 500 employés sont considérées comme des entreprises PME.
Afin de mieux comprendre comment réussir son investissement dans une PME, Niels Court Payen, le
président et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance, vous apporte tous les détails sur ce type
d’investissement.

Les avantages d’investir dans une PME

Il est important de rappeler que si les titres d’une entreprise sont inscrits en bourse, la société sera
considérée comme étant une entreprise à petite capitalisation boursière. Investir dans ce type d’entreprise
permet à l’investisseur de profiter d’un grand nombre d’avantages.
Les plus grandes sociétés ou entreprises inscrites en Bourse ont le plus souvent débuté en tant que PME.
C’est pour cette raison que le potentiel d’évolution d’une société émergente est largement supérieur aux
grandes entreprises.
En effet, les sociétés ou les entreprises émergentes peuvent s’adapter plus facilement à la nouvelle
technologie et franchir encore plus rapidement de nouveaux marchés. Certes, les valeurs peuvent
augmenter plus rapidement toutefois, il y a quand même un risque.

Les inconvénients d’un investissement dans une PME

Il est important de rappeler qu’avant d’investir dans des entreprises PME, l’investisseur doit prendre en
compte d’un certain nombre d’informations afin d’éviter de perdre son investissement. En effet, il est
important de s’informer sur les titres de l’entreprise qui sont considérés comme des investissements
volatiles et à haut risque, puisque leur valeur varie énormément. Même si le titre de la PME est inscrit en
Bourse, il peut être difficile de le revendre facilement.
Parmi les inconvénients d’un placement dans une PME, on peut citer :
– Toutes les entreprises qui sont des PME peuvent ne plus pouvoir commercialiser leurs produits dans le
marché et faire faillite. Par conséquent l’investisseur perd toute la somme investie.
– L’investisseur peut s’informer facilement sur les grandes sociétés toutefois, l’information n’est pas
toujours disponible pour les PME. Leurs titres sont moins étudiés par les analystes financiers et sont
moins échangés.
– Les dirigeants des PME peuvent avoir moins d’expérience que dans les grandes sociétés. C’est pour
cette raison qu’il est plus judicieux de passer par une société de gestion comme A Plus Finance, afin de
profiter de leur expertise dans la gestion des fonds.


« Previous Entries